Nath-Sakura : érotique de la traversée par Jean-Paul Gavard-Perret

Jean-Paul Gavard-Perret, est un poète, critique et maître de conférences en communication à l´Université de Savoie. Il a écrit un article sur Nath-Sakura pour le Salon littéraire de l’Internaute. Le voici.

Franchir la frontière, changer de corps  touche au plaisir, à la jouissance et, en conséquence aux  possibilités d’angoisse puisque les certitudes se voient interpellées par cette traversée. Ce corps chez Nath Sakura s’investit dans l’entreprise esthétique. Il est soumis à l’action qui consiste à animer et à éclairer ce qu’on entend par identité et altérité. La ressemblance arrive parfois par dé-figuration. Cette dernière évite la schizophrénie dans l’intuition que reste possible de retrouver une présence juste au-delà des limites de l’expérience d’une « nature » moins dichotomique qu’on veut bien le penser.

L’identité comme la suprême beauté des photographies de Nath Sakura  appellent  le scandale radieux de la transsexualité.  Ce travail artistique  est avant tout lié à une idée d’altérité contre la dissemblance  qui peut s’éprouver en tant que mal(e) premier. En perdurant il se serait enfoncé dans  un genre qui n’était pas le bon.  L’œuvre évoque le mystère de la chair et de la résurrection des morts.  Le corps semé méprisable ressuscite glorieux. Entré dans le monde physique de manière douteuse en changeant de nature il transforme l’éclat de son soleil noir en celui d’une étoile autrement lumineuse par effet de délivrance.

Le décor a enfin tourné. Nath Sakura illustre dans ces images  que franchir ce seuil revient à exister. Passer la frontière c’est dire j’existe, donne à l’autre qui est soi son existence.  Assumer une telle traversée n’est pas simple mais elle extrait de la pure illusion comme de l’errance et de la répétition. C’est accepter la perte, c’est regarder du côté de l’autre en soi et d’en accepter le risque. C’est pourquoi les photographies de Nath Sakura sont majeures : elle possèdent  le pouvoir  mystérieux de transformer le corps physique, vulgaire, en corps qui  porte et supporte le mystère.  Elles multiplient le réseau du mystère de l’Incarnation féminine afin de rappeler l’homme aux choses spirituelles par le mystère de son corps. Elle permet plus profondément encore de distinguer ce qui est féminité  et ce qui est Femme. Elle introduit la mutation de la mutation. C’est une boucle, un échange entre l’art et le corps. Un va-et-vient exigeant dans lequel le chemin à parcourir est immense. Car imaginer n’est jamais restreindre  mais développer la fièvre d’une aurore à venir. Pour  le regardeur lui-même cette contemplation n’est pas forcément « donnée » tant la culture des bornes de l’inconscient fait des siennes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Source : http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/arts/content/1854478-nath-sakura-erotique-de-la-traversee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *